Aimez comme les Initiés en commençant par la nature

10 février 2021 Conscience - Écrit par Henriette Dufeu

Aimez comme les Initiés en commençant par la nature

– Quatrième d’une série de quatre articles.

J’avais 22 ans lorsque, lors d’une conversation avec le Maître Omraam Mikhaël Aïvanhov, dans son jardin au domaine du Bonfin, il m’a dit ceci :

« Ne cessez jamais d’aimer, élargissez votre amour à tout l’univers, aimez sans rien attendre, aimez comme les Initiés en commençant par la nature ».

Dans les trois premiers articles, nous avons orienté notre réflexion sur ces trois thèmes :

« Ne cessez jamais d’aimer »
« Élargissez votre amour à tout l’univers »
« Aimez sans rien attendre »

Voici le dernier article ayant pour thème : « aimez comme les Initiés en commençant par la nature. »

À 22 ans, il est très difficile d’imaginer ce que signifient ces paroles, car l’immensité du sujet dépasse tellement notre conscience qui comme un miroir, reflète notre compréhension limitée de ce qu’est le véritable amour.

Mais lorsque par la méditation, la contemplation et la prière nous réalisons qu’il y a des milliers de degrés et des milliers de façons d’exprimer l’amour spirituel, nous découvrons une dimension infinie. Cette dimension s’élargit de plus en plus, au fur et à mesure que notre conscience s’éveille aux manifestations supérieures de l’amour divin.

Lorsqu’il m’a donné ce conseil, le Maître savait très bien que cet état de conscience ne se réaliserait pas en une vie, mais il me donnait là un idéal, une direction pour m’exercer à orienter toujours mes énergies vers les degrés supérieurs de l’amour.

-Le désintéressement

Une des premières expressions de l’amour d’un grand Maître, c’est le désintéressement.
Un Maître agit toujours pour le bien de tous, il est comme un phare, une lumière qui s’unit au monde divin pour ensuite transmettre à toute l’humanité les forces venant d’en haut.

Omraam Mikhaël Aïvanhov nous dit que c’est l’amour désintéressé qu’il faut cultiver, sans rien attendre des autres. Lorsque notre amour est inspiré par le plaisir de faire le bien, sans aucun autre objectif, alors cet amour est de nature spirituel. Il est comme une source limpide qui coule et qui jaillit sans cesse et tous peuvent venir s’y désaltérer.

Mais pour arriver à devenir une source, nous devons transformer progressivement notre amour afin qu’il devienne plus pur, plus noble, plus désintéressé.

« L’homme doit passer à travers tous ces degrés de l’amour avant d’atteindre le plus élevé. Il ressentira d’abord un amour grossier, puis il évoluera vers l’amour intéressé, l’objet de l’intérêt passant progressivement du plan matériel au plan sentimental, puis intellectuel, puis spirituel. Enfin il en viendra à aimer, à faire le bien pour le bien lui-même, parce que cela lui fera du bien. On peut arriver jusque-là; on ne peut aller plus loin. À ce moment on aime, non pour gagner quelque chose, mais parce que cela vous plaît d’aimer. Quand on parvient à aimer de cette façon-là, on aime de façon désintéressée. » (1)

-Aimer comme le soleil.

Un Maître est comme un soleil, il éclaire, il réchauffe et il vivifie tous les êtres qui le côtoient, sans distinction d’origine, de race ou de religion.

Par son savoir, sa lumière, ses connaissances de la science initiatique et des lois de la nature, il éclaire et il guide tous les êtres sur le chemin de l’évolution afin qu’ils puissent se dégager et se libérer de tout ce qui les empêche de s’élever vers les plans supérieurs.

Par son amour, il réchauffe les cœurs et dilate l’âme de ses disciples. Il leur donne l’impulsion, l’élan et le goût de s’améliorer. Par son exemple d’amour impersonnel, d’abnégation, de sacrifice, de douceur, de bonté et d’harmonie, il est un conducteur de l’amour divin : le seul amour qui nous libère de toutes les souffrances qui nous empêchent de vivre dans un état de paix et dans la plénitude.

Par son rayonnement et sa vie intense, il vivifie les êtres, les stimule, les propulse, mais sans jamais imposer sa volonté à qui que ce soit. Près de lui, nous nous sentons plus forts, plus déterminés à changer, à transformer tout ce qui nous empêche d’incarner sur terre, la vie de l’âme et de l’esprit.

« Les Initiés sont capables d’éclairer, d’illuminer, de réchauffer et de vivifier les autres. Par leur vie, par leur rayonnement, par leur état de conscience, les Initiés peuvent devenir une bénédiction pour tous ceux qui les approchent. » (2)

-L’amour comme état de conscience

Omraam Mikhaël Aïvanhov nous dit que le véritable amour est un état de conscience où nous faisons chaque chose avec amour. Il nous recommandait de penser avec amour, de sentir avec amour, de parler, de regarder, de travailler, de manger, de respirer avec amour. Dans cet état de conscience, on améliore tout en nous et nous sommes entièrement comblés sans avoir besoin de descendre dans des manifestations plus prosaïques. Dans cet amour mystique, cosmique et divin, on se sent renaître, on a l’impression de vivre dans un état de grâce, de retrouver le véritable sens de la vie et d’aimer le monde entier. C’est une véritable résurrection, un sentiment d’émerveillement constant où l’on ne désire plus rien. On ne souhaite que donner, aider et servir les autres dans un sentiment de gratitude absolue.

« Aimez comme les Initiés en commençant par la nature. » est un travail de milliers de vie où nous devrons nous exercer avec patience, foi et espérance à développer toutes les qualités de l’amour divin et surtout le désintéressement. Il nous arrivera sûrement de tomber, mais en persévérant et en y mettant tout notre cœur, nous deviendrons peut-être aussi un jour, des conducteurs de l’amour divin.

En conclusion, je vous partage une magnifique pensée d’Omraam Mikhaël Aïvanhov qui nous dit comment nous devons considérer la nature.

« Nous sommes dans l’univers comme dans un sanctuaire où nous devons pénétrer avec un sentiment sacré. Car non seulement la nature est vivante, mais elle est aussi intelligente, et si nous nous ouvrons à elle, elle nous répond en nous faisant participer à sa vie. Vous pensez que tous les phénomènes de la nature se produisent mécaniquement, et qu’il n’y a donc là aucune intelligence. Vous vous trompez ; ce n’est pas parce que les humains, observant que l’univers obéit à des lois, ont créé les sciences dites « naturelles », que l’on peut qualifier ces phénomènes de « mécaniques ». En pensant ainsi, vous mortifiez la nature et vous vous mortifiez vous-même : vous empêchez que la vie pénètre dans votre cœur, dans votre âme, dans votre intelligence et même dans votre corps physique. Vous ne deviendrez vraiment vivant que le jour où vous déciderez d’entrer en relation avec cette vie immense, inépuisable, qui se manifeste partout dans l’univers. » (3)

1- Pensée du 20 avril 1943.
2- Genève, pensée du 19 mai 1947.
3- Omraam Mikhaël Aïvanhov, pensée du 2 septembre 2017, Éditions Prosveta.fr

Commentaires (3) :

  1. Christine (11 février 2021) :

    Magnifique. Merci.

    • Jocelyne Lacaille (14 mars 2021) :

      Merci, gratitude à vous pour ces méthodes, pensées, observations qui nous imprègnent la voix vers laquelle nous devons pouvons et voulons diriger nos travaux personnels et universels. Soyons attentifs, et conscients de tout.
      Notre respir nous dirige, notre volonté nous inspire, notre amour nous réalise. Infinie lien qui nous unit et nous relit. Joyeux rayonnement.
      Jocelyne des Terres Australes ??

  2. Mfuamba Isidore (12 février 2021) :

    Je suis édifié par cet enseignement de notre maître. Surtout au sujet de degrés de l’amour.
    Merci beaucoup pour cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Haut de page