L’inspiration : une bénédiction

1 mars 2021 Conscience Méthodes - Écrit par Lise Gardner

L’inspiration : une bénédiction

Nous avons tous vécu des moments où nous avons l’impression qu’une force bénéfique s’empare de nous, par exemple, lors d’une présentation.  Cet élan d’enthousiasme nous permet alors de nous dépasser.  Qu’est-ce que l’inspiration et quelles sont les conditions à remplir pour être inspiré ? Comment les grands compositeurs comme Beethoven et Brahms ont eu leurs inspirations ?  Comment faire pour vivre le plus souvent possible dans un état de poésie et d’inspiration ?

Dans mon travail de musicienne et d’interprète, j’ai toujours été très sensible au phénomène de l’inspiration, car sans inspiration, il n’y a pas vraiment de réalisation musicale intéressante.  Comme pédagogue, chef de choeur et soprano, ma voix est un instrument de communication très important.  J’ai pu vérifier à maintes reprises que parfois mes paroles ou mon chant semblent couler de source et je sens qu’ils produisent un effet spécial chez les auditeurs.  Contrairement à d’autres moments, où ma voix semble vide, même si je tente d’y mettre une bonne exécution.  Un phénomène similaire se produit avec les gestes, ils peuvent être harmonieux, justes, mesurés et exécutés avec beaucoup de liberté ou au contraire ils peuvent être exécutés avec une certaine pesanteur, sans la subtilité de la vie spirituelle et sans poésie.

Qu’est-ce que l’inspiration ?

« D’après la Science ésotérique, l’inspiration n’est rien d’autre qu’un contact, une communication avec une force, une intelligence, une entité qui vient des régions supérieures et qui se sert de nous pour exécuter ce que nous-mêmes ne serions pas capables de faire. »[1]

Nous les musiciens et les chanteurs nous connaissons ce phénomène.  Certains soirs de concert, nous pouvons jouer sans âme, et d’autres soirs, nous sommes habités par une force, une énergie qui harmonise les gestes et la voix, notre interprétation s’en trouve grandement améliorée.  C’est principalement quand je dirige des œuvres vocales sacrées de grands compositeurs comme Haydn, Mozart, Beethoven ou Liszt que je ressens ces sensations.  A ce moment, tout mon être est soumis à ce courant puissant qui harmonise tout en moi.  J’ai alors la sensation d’être en contact avec mon véritable moi.  J’ai une grande sensation de liberté intérieure et mes expressions musicales sont plus intenses, plus vivantes, et ce, en ne faisant aucun effort.

L’inspiration créatrice : les génies

Jadis, certains êtres très avancés réalisaient de très grandes choses, même avec très peu de connaissances, et seulement une, deux ou trois méthodes.  Ces Initiés de l’antiquité, que ce soit en Égypte ou en Grèce, connaissaient les différents centres situés dans la tête et les choses merveilleuses et divines qu’un être peut accomplir lorsque ces centres sont éveillés et développés en lui.  Ces connaissances concernant la puissance de l’esprit sur la matière se sont transmises et c’est ainsi que les grands génies ont créé des œuvres portant le sceau de la divinité.  Dans un entretien avec le violoniste et journaliste Abell en 1896, au sujet de l’inspiration, Brahms explique comment, lui et certains philosophes de l’Antiquité, poètes et musiciens, reçoivent l’inspiration : « En d’autres termes, ils cherchèrent l’inspiration d’En-Haut, comme je le fais moi-même, quand je compose, et comme le fit Beethoven.  Je médite sur toutes ces choses avant de commencer à composer.  C’est un déroulement extrêmement stimulant et exaltant que de conduire ses pensées dans cette direction avant de tomber dans cet état quasi extatique dans lequel l’inspiration m’est donnée…. Toute inspiration véritable a son origine en Dieu, et Il ne peut se révéler à nous qu’à travers ce que les psychologues appellent le subconscient … « superconscient » serait un terme bien plus adéquat.  La meilleure réponse à ta question se trouve cependant dans l’évangile selon Jean, chapitre 14, verset 11, où Jésus lui-même dit : « Croyez-moi, je suis dans le Père, et le Père est en moi…  La force dans laquelle tous les grands compositeurs comme par exemple Mozart, Schubert, Bach et Beethoven, ont puisé leurs inspirations est la même que celle qui permit à Jésus d’accomplir ses miracles. … L’immense différence entre Jésus et nous, communs mortels, réside dans le fait qu’il s’était approprié davantage la Divinité que nous. »[2]   

La source de l’inspiration : notre Moi Supérieur

J’ai découvert une grande science et beaucoup de méthodes concernant cette force psychique de l’inspiration dans les ouvrages du Maître Omraam Mikhaël Aïvanhov. [3] J’y ai découvert que les inspirations des génies, les révélations des Initiés proviennent du contact entre leur moi ordinaire et leur Moi supérieur, qui est une parcelle de Dieu.   Le moi ordinaire est composé de trois aspects : le plan physique, le plan des sentiments (astral) et le plan des pensées (mental).  Le Moi supérieur est aussi composé de trois aspects : le plan des idées élevés (causal), le plan des émotions supérieures et désintéressées (bouddhique) et le plan de la vérité toute puissante (atmique).  « Pour qu’on puisse véritablement dire de quelqu’un qu’il est inspiré, il faut qu’il ait pu développer ses corps supérieurs afin d’entrer en relation avec les courants et les entités du plan causal, du plan bouddhique et du plan atmique…  Un génie est donc un être qui est parvenu à atteindre le plan causal, c’est-à-dire le plan mental supérieur, et selon les dispositions qui sont en lui, il reçoit de cette région des éléments qui lui permettent de faire des découvertes dans le domaine de la science, de la pensée, ou de devenir créateur dans le domaine de l’art. »[4]

Méthode pour nous rapprocher de notre Moi supérieur

Chacun de nous peut devenir un artiste, un musicien, un créateur de sa vie.  Il peut, à sa mesure, dans sa vie quotidienne, souhaiter vivre des états d’inspiration, d’intuition, de poésie, de dilatation, de joie et d’enthousiasme.  C’est en ayant une attitude sacrée d’humilité envers le créateur et les créatures, en adoptant un art de vivre basé sur les règles de l’amour désintéressé, de la sagesse véritable et en vivant une vie pure et en harmonie avec la nature, qu’il est possible, petit à petit, de sentir les courants venus des régions supérieures de notre esprit.  Pour nous approcher de notre Moi supérieur, pour recevoir toutes ses bénédictions, nous devons établir, chaque jour, ce lien entre nous-même et notre Moi supérieur.  C’est pour créer et renforcer ce lien que, du printemps à l’automne, Omraam Mikhaël Aïvanhov nous propose des exercices de méditation, de concentration et d’identification à faire dès l’aube au lever du soleil.  Ce travail consiste, par la concentration et le recueillement, à retrouver notre véritable moi.

Pour approfondir ces exercices pratiqués au lever du soleil, je vous invite à consulter les 3 prochains articles que je publierai sur ce blog.

[1] Omraam Mikhaël Aïvanhov.  Création artistique et création spirituelle, no 223.  Collection Izvor, Éditions Prosveta, Fréjus, 1986, p.28.

[2] Arthur M. Abell.  Entretiens avec de grands compositeurs.  Traduit de l’allemand par Marthe Sung.  Éditions du Dauphin, Paris, 1982, p. 28-29.

[3]  Omraam Mikhaël Aïvanhov. Collection Izvor, Éditions Prosveta : Création artistique et création spirituelle, no 222; La vie psychique : éléments et structures, no 223 et Regards sur l’invisible, no 228.

[4] Omraam Mikhaël Aïvanhov.  Regards sur l’invisible, Collection Izvor no 228, Éditions Prosveta, Fréjus, France, 1988, p.196.

Commentaires (2) :

  1. Christine Simoneau (3 mars 2021) :

    Merci Lise .

    • Lise Gardner (3 mars 2021) :

      Bonjour Christine, merci de ton appréciation !

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Haut de page